Territoire

Le territoire de Donnas, situé au sud-est de la Vallée d’Aoste, remonte à la période du Quaternaire, quand le mouvement du glacier Baltée fut à l’origine du bassin de la Doire Baltée. Donnas est frontalier avec les communes valdôtaines de Arnad, Bard, Perloz, Pont-Saint-Martin, Pontbosert et Hône ; avec le Piémont, avec la Val Chauselle et Quincinetto. La surface de la Commune est de 34,24 Km2, dont les 3/4 occupent la droite orographique de la Doire. Le fond de la vallée représente environ 10% de la surface, lorsque les versants raides sont 90%.

 

Climat

Donnas est célèbre pour son microclimat particulier, doux et sec. Sur le territoire on peut admirer des arbres qui ne sont pas typiques de nos latitudes, comme le Pin Maritime qui grandit depuis 120 années devant l’Église. De plus, il ne faut pas oublier que sur la colline de l’Adret il y a une agave et que des palmiers grandissent dans les jardins du Bourg, dans le côté qui donne sur la Doire.

Il y a des références au climat doux dans la Tsanson dou Pay, publiée sur le « Messager Valdôtain » de 1929 : « […] A Donnas l’y at pà d’iver! / L’an pà gneun le tsaousson deper.” (À Donnas il n’y a pas d’hiver / personne ne porte les chaussettes dépareillées).

Dans les notes on explique le sens de ce dicton : « Donnas est appelé la Nice de la Vallée d’Aoste. À cause de son climat si doux, les gens y sont la plupart du temps déchaux: ainsi, ils ne peuvent pas avoir les bas dépareillés ».

Les deux versants, Adret et Envers, sont très différents l’un de l’autre, en particulier pendant l’hiver. En effet, à l’envers la glace reste longtemps car il n’y a pas de soleil pendant trois mois au fond de la vallée et en hauteur, parce qu’il est caché par les montagnes.

On peut consulter les données météorologiques de Donnas en temps réel sur le site Internet de la Région Autonome Vallée d’Aoste, car ils sont enregistrées par la station de Clapey à l’Envers, à 314 m. au-dessus du niveau de la mer, fonctionnant depuis 1994.

 

Orographie

Une plaque de marbre, placée à la gare, marque la hauteur officielle de la Commune, qui est de 320 mètres. L’altitude la plus élevée est le Bec Renon, sur la droite orographique, sommet qui descend progressivement jusqu’à la plaine et qui marque l’entrée de la Vallée d’Aoste. D’ici on va au Bec delle Strie (2.544 m.) et au Mont Debat (2.622 m.), sommet qui domine le vallon de la Mouilla, et celui du Retempio dans la Commune de Pontboset.

Le versant gauche est particulièrement raide et monte jusqu’à la Tête de Cou (1.410 m.) et à la Croix Courma (1.958 m.), point où les frontières de Donnas, Perloz et Arnad se rencontrent.

Dans la zone des alpages de l’Envers (Praposa, Pianah, Pianfey, Chanton) on remarque ce que les glaciers ont produit, s’arrêtant avec les deux côtés raides formés par le fleuve et la plaine de Albard à l’Adret. En particulier, l’agglomération de Montey, qui a été construite sur un conoïde produit par les inondations, formé par les sédiments accumulés par le débouché d’un cours d’eau latéral. Même la colline raide de Rovarey est formée par les sédiments transportés au cours des siècles par le torrent Bellet, qui descend vers la vallée de la Croix Courma.

 

Hydrographie

La Doire Baltée court au fond de la vallée et elle est le fleuve le plus long et copieux des Alpes occidentales, qui naît au pied du Mont Blanc de l’union de la Doire du Val Veny et du Val Ferret.

La Doire Baltée, avec ses affluents Fer, Valbona, Valsorda et Boretta (droite orographique) et les torrents Bellet et Legnan (gauche orographique), fait partie depuis toujours de l’histoire de Donnas, aussi pour des raisons liées à des moments difficiles. Les événements hydrogéologiques qui ont marqué les personnes et le territoire sont nombreux, à partir de l’inondation de la Doire en juin 1620 à la « Débacle » du Bellet en 1831, de l’éboulement entre Donnas et Pont-Saint-Martin en 1855 aux rochers transportés par le torrent Legnan qui ont détruit les vignobles en 1868, de l’éboulement de Montey en 1910 à la crue du Fer en 1987, jusqu’à l’inondation de l’an 2000.

D’autres cours d’eau sur la gauche orographique sont le Valley Goyet, qui a sa source à Albard, le Valley Alban et le Valley de Placet, aujourd’hui secs, mais autrefois ils transportaient assez d’eau, ainsi que témoigné par les anciennes digues qui restent même aujourd’hui près de Ronc-de-Vaccaz.

Ensuite, dans le passé, ainsi que témoigné par P. L. Vescoz : « (l’Hellex, aujourd’hui le Lys) au sortir des gorges de Perloz, et à une petite distance du pont romain, il jetait vers le couchant une branche qui allait se joindre avec les eaux de la Doire près de Ronc de Vacca. » Dans le territoire de Donnas il n’y a qu’un lac qui s’est formé dans une cuvette en amont de l’alpage Liet à 1673 mètres de hauteur. Les rives, en partie plates même si avec des pierres, sont aujourd’hui destinées au pâturage.
 
Meteo regionale

 
Territoire Territoire

Salva